- Nadine ! Qu’as-tu fait à ton lit ? Il est plein de terre ! demande Violette en colère.

- Mais... mais alors ? Je n’ai pas rêvé ? répond la petite fille tout étonnée.

- Un rêve ? Quel rêve ? demande la famille d’une seule voix.

- Bon... je vais vous raconter... mon rêve... vous allez voir... c’est incroyable !

Nadine commence à raconter son rêve...

Une petite souris sort tout doucement d’un trou dans le sol sous le lit de Nadine. Son petit museau frémissant hume l’air comme à la recherche d’un danger : Elle est rassurée.

Tout doucement, elle grimpe le long du pied du lit, s’accroche à la couverture... trottine jusqu’à l’oreiller...

Arrivée à hauteur de l’oreille de Nadine, la petite souris, de sa voix de petite souris, se met à l’appeler.

- Nadine... Nadine, réveille-toi !

- Mmmm ? Qui y a-t-il ? Que veux-tu ? demande Nadine qui n’a pas l’air étonnée d’entendre une petite souris lui parler : il est vrai qu’elle est encore à moitié endormie.

- Nadine... ne fait pas un bruit... suis moi... quelqu’un veut te parler ! Sors de sous les couvertures et suis moi... viens sous le lit !

Nadine sort de son lit, enfile ses chaussons et se glisse sous le lit pour suivre la petite souris...

- Hé ! Mais tu es folle ? Jamais je ne pourrais te suivre dans ce petit trou... proteste la petite fille.

- Chuutt... fait la souris. Ne fais pas un bruit : Les corbeaux... attention aux corbeaux ! Donne-moi ton doigt !

Nadine tend un doigt vers la petite souris qui y donne un petit coup de dent. Nadine pousse un petit cri de protestation :

- Hé ! Tu m’as fait mal !

- Chuutt... gronde la petite souris. Attention aux corbeaux, ils ne doivent pas nous entendre... sinon !

La petite fille se met à rétrécir, à devenir toute petite... et très vite elle peut suivre la souris dans le petit trou fait dans le sol.

- Où va-t-on ? demande Nadine.

- Chuutt... ne fais pas un bruit... les corbeaux : Ceux-là ne dorment pas la nuit : Ils nous cherchent ! Ce sont des soldats du Maître sorcier. explique la souris en chuchotant.

Le voyage dans le tunnel est long... et il y fait noir comme... dans un trou de souris.

- C’est quoi ce bruit ? demande Nadine en entendant comme gratter le sol au-dessus d’eux.

- Les corbeaux ! Ils nous cherchent ! Surtout pas un bruit... ne bouge plus ! S’ils nous attrapent... le monde est perdu !

- Mais vas-tu bientôt me dire où nous allons ? demande Nadine qui en a assez de marcher à quatre pattes dans cette longue galerie où il fait tout noir.

- Allons-y, nous sommes presque arrivés ! rassure la petite souris.

Effectivement, une lueur éclaire le bout du tunnel. Elle est de plus en plus forte. Bientôt le tunnel s’élargit en une très grande salle creusée dans le sol. Elle est aménagée : c’est une pièce... avec des portes, mais pas de fenêtre bien sûr.

- Bienvenue chez moi ! fait une voix que Nadine reconnaît immédiatement :

- Fée Naturella ! Quelle surprise... enfin vous voilà !

- Que penses-tu de ma nouvelle maison ? C’est mignon... non ? Mes enfants sont dans la pièce à côté, ils dorment !

- Où étais-tu passé si longtemps ? demande Nadine.

- Je ne vous ai pas abandonnés... je devais soit me cacher et faire croire à ma disparition, soit finir entre les mains de ce Maître sorcier ! Je n’ai plus eu le choix quand il a empoisonné l’air de la forêt. Un poison qui n’attaque que les fées. Je me suis cachée. Une brave taupe m’a creusé ces pièces sous la terre !

- Mais... Fée Naturella, cela fait presque six mois que tu as disparu. Tu devrais voir ce qui se passe au dessus : c’est terrible !

- Je sais, moi aussi j’ai mes espions. Mais saches, ma fille, que je ne me suis pas tourné les pouces pendant tout ce temps-là... J’ai préparé la contre-attaque ! rassure la Fée Naturella. Très vite, j’ai pensé à toi pour combattre ce sorcier...

- À moi ? Mais c’est impossible, demande plutôt à papa...

- Non ! C’est toi qui mèneras la bataille ! Mon amie la taupe a mis tout ce temps pour creuser la galerie par laquelle tu es venu ! Ta mission doit rester secrète jusqu’au jour de la bataille finale... c’est pour bientôt ! assure la Fée.

- Mais ... Fée Naturella, si tu es obligée de rester caché à l’abri de l’air extérieur, comment feras-tu pour me donner des conseils ?

- Des conseils ? Mais je ne te donnerais pas de conseils...

- Mais alors ? Tu veux quoi de moi ?

- Je ne te donnerais pas de conseils ! Je te donnerais... mes pouvoirs... tous mes pouvoirs !

- Jamais je n’aurais le temps d’apprendre tous tes sorts... il me faudrait des années ! réplique Nadine

- Ma petite Nadine ? Tu n’as donc pas... confiance en moi ? Tu seras mon représentant aux yeux du monde, tu auras ma puissance... Tu sauras te servir de mes sorts... automatiquement, ils t’obéiront ! Tu verras, il te suffira d’y penser... et les sorts se feront tout seuls, comme tu en auras besoin !

- Comment cela est-il possible ? Et le Maître sorcier ? Il ne saura pas que...

- Au contraire ! Tout le monde doit savoir que je suis toujours là et que tu as tous mes pouvoirs ! Cela fera une vague d’espoir qui traversera le monde. Tu auras besoin de la nature pour t’aider. Le moment venu... tu sauras comment faire !

- Je ne peux pas y croire..., je vais être aussi forte que toi ? C’est bien vrai ? Je serais la Fée Nadine ?

- Oui ! Tu seras la Fée Nadine ! dit la Fée Naturella en riant. Tu seras la Fée Nadine jusqu'à ce que le Maître sorcier soit anéanti et que tout soit remis en ordre ! Après, tu devras me rendre mes pouvoirs... sans hésitation !

- Je me demande... si je suis bien la personne qu’il te faut pour cette mission... hésite encore Nadine.

- Tu es la seule personne à qui je peux confier cette mission ! J’ai aussi pensé à ton père, mais non... dans tous mes calculs... c’était toujours toi la solution.

La Fée Naturella se dirige vers le buffet et saisit une petite boîte qu’elle ouvre. Un petit point noir monte sur son doigt.

- Viens Nadine... donne-moi ton oreille ! ordonne la Fée Naturella

Nadine s’approche et sent quelque chose trotter dans son oreille : ça chatouille !

- Qu’est ce que c’est ? demande Nadine qui a envie de gratter dans son oreille.

- Non ! Ne touche pas... c’est une puce ! Une puce... comme celles que Patou attrape parfois, elle est en train de grimper jusqu’au bout de ton oreille. Bientôt tu ne la sentiras plus !

- Une puce ? Pourquoi une puce ? demande Nadine.

- C’est une puce savante... très savante. Je t’ai bien dit que je te donnerai tous mes pouvoirs ? Eh bien... c’est fait !

- Cette puce sera dans mon oreille pour toujours ? demande Nadine.

- Non ! C’est elle que tu devras me rendre quand tout sera fini. Maintenant... il te faut une baguette magique... Voyons voir ? Laquelle te donner ? Ah ! Voilà... Celle-là fera très bien l’affaire... et en plus elle est très discrète. Viens Fée Nadine, passe ton doigt sur cette étagère...

Nadine passe son doigt sur l’étagère et pousse un petit cri :

- Aie ! J’ai attrapé une écharde ! dit Nadine en se tenant le doigt.

- En effet, mais cette écharde, c’est ta baguette magique ! Elle est très bien cachée là. Et en plus, tu ne risqueras pas de la perdre ! explique la Fée Naturella. Maintenant, rentre chez toi... reprends ce tunnel et tu retrouveras ton lit. Fais bien attention aux corbeaux ! Prépare-toi à une lutte sans merci ! Le Maître sorcier ne se laissera pas anéantir sans combattre : Il est très fort ! Souviens-toi ce que je t’ai dit : Le moment venu, demande l’aide à la nature ! Au revoir Fée Nadine, courage, et soit vaillante !

- Au revoir, et à bientôt... Je me montrerai digne de ta confiance ! Bientôt tu pourras revenir à la surface !


© Bernard HIRSCH - 67206 Mittelhausbergen



Retour. Retour.