Extrait livre 5


Une patrouille arrive alertée par tous ces éclats de voix. Ils sont six. Et comme les cavaliers de ce matin, ils sont tout habillés de noir ! Bien sûr, ils portent un masque ! Et tout comme ce matin, celui qui doit être le chef porte une plume noire à son casque. Il déclare : « Yvan ! Toi ! Les enfants ! Vous venez avec nous ! Je vais vous emmener voir le Capitaine de la Garde Noire ! »


Yvan demande au chef de patrouille pourquoi ils doivent les suivre ? Ils n’ont fait que discuter… Il lui répond : « Nous avons ordre de lui amener les perturbateurs… Et là, vous êtes tous dans de beaux draps ! »


Un autre patrouilleur ordonne « Videz vos poches, votre sac à dos ! » Là aussi, Johann demande pourquoi... Le chef de patrouille explique que dans ce pays, les armes sont interdites à la population, donc, aussi aux étrangers. Il rajoute « C’est pour la sécurité de tous ! » Alors que nos amis vident leur sac à dos, il demande fermement « C’est quoi ce truc ? Et celui-là ? Et cette espèce de boule de feu ? »


- Ce truc-là ? Mais c’est un pipeau… Pour faire de la musique ! explique Laurent.


- Eh bien joue ! Montre-nous ce que tu sais faire ! ordonne un autre patrouilleur. Laurent met le pipeau en bouche et commence à souffler… Mais aucun son n’en sort !


Nadine lui arrache le pipeau des mains et souffle dedans : Un petit nuage de poussière en sort ! Elle dit à son frère « Maman t’a déjà dit cent fois de ne pas mettre ce pipeau comme ça dans ta poche ! Voilà ce qui arrive : il se bouche ! » Laurent reprend le pipeau et souffle dedans : une merveilleuse petite mélodie en sort ! Le patrouilleur est rassuré.


Vous vous rendez compte les amis ? Heureusement que Nadine a eu le réflexe de prendre le pipeau et de lui jeter un sort… Sinon… Pauvre Laurent !


- Et ces petites billes blanches ? C’est quoi ? Laurent répond que c’est une spécialité de son pays… De petites billes rafraîchissantes lorsqu’on les met en bouche… mais que sur le coup, le goût est horrible ! Il demande « Vous voulez goûter ? » Bien sûr, ils disent non. Un autre patrouilleur demande « Et vous autres, vous en avez aussi ? »  Nadine répond « Non ! Pouah ! C’est dégueulasse ! Je me demande comment il peut mettre ça en bouche ! »


Là, c’est Laurent qui a eu une formidable idée : des bonbons rafraîchissants : fallait oser !


- Et cette boule de feu ? demande encore un autre patrouilleur. Patrice lui répond que c’est un cadeau d’un ami verrier : « Elle est vraiment jolie… N’est-ce pas ? On peut croire qu’il y a du feu à l’intérieur, mais en fait, ce sont plusieurs couches de verre de différentes couleurs… La lumière fait le reste ! »


- Montre-moi ça ! ordonne le patrouilleur. Patrice le lui donne… Il regarde la boule avec insistance… puis la redonne à Patrice en disant « Effectivement… C’est du beau travail… Très beau cadeau ! »


- C’est bon ! Remballez vos affaires et venez avec nous !


Nos amis, encadrés par les six patrouilleurs arrivent au château du Seigneur de l’Ombre. Ils sont emmenés chez le Capitaine de la garde Seigneuriale qui est un peu étonné de voir un père et ses enfants arrêtés par une patrouille « Pourquoi sont-ils là ? Qui sont-ils ? » Le chef de la patrouille explique au Capitaine qu’ils sont à l’origine d’un rassemblement assez houleux sur la place du marché. Le Capitaine interroge nos amis : « Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? »


En cours de route, ils se sont entendus : C’est Nadine qui parlera ! Elle explique :


- Nous venons d’un autre pays, et même d’un autre monde ! Votre brume démoniaque, l’Ombre du Diable, est venue jusque chez nous : mais nous n’en voulons pas !


- Et que comptez-vous faire pour l’arrêter ? Rien ne peut l’arrêter… Même pas nous ! Seul le Seigneur de l’Ombre peut le faire ! explique le Capitaine…


- Alors, amenez-nous jusqu’à lui ! ordonne Nadine à qui le Capitaine répond sur un ton agressif : « TOI ? TU VEUX L’ARRÊTER ? QUI ES-TU DONC POUR POUVOIR PRÉTENDRE ÇA ? » Elle lui répond :


- JE SUIS SON PIRE CAUCHEMAR ! Amène-nous à lui et tu verras ! Amène-nous à lui et il en sera fini de l’Ombre du Diable ! Amène-nous à lui, et enfin vous pourrez à nouveau vivre dans la lumière ! »


Des gardes arrivent alertés par tous ces cris. Ils sont une bonne douzaine ! Ils entrent, la lance en avant : la salle où ils se trouvent est très grande… Laurent prend la sarbacane, y glisse une bille de glace, et souffle. Un jet de glace se dirige vers les gardes qui, sans comprendre ce qui arrive, sont pris dans la glace magique de l’arme de RATAGLASAMA.


Le Capitaine est horrifié, tandis qu’un des patrouilleurs dit « Je comprends mieux quand tu parlais de rafraîchissement ! » Le Capitaine reprend ses esprits… Il dit à Nadine :


- Je suis le Capitaine de la garde depuis de nombreuses années… Lorsqu’il est devenu notre seigneur, bien avant qu’il ne se transforme en ce Seigneur de l’Ombre, il était bon et juste. Quand il est revenu au château avec cette pierre, il n’était déjà plus le même. Il était déjà trop puissant pour le neutraliser ! Il a des pouvoirs inimaginables !


- MOI, C’EST LA NATURE QUI M’ENVOIE ! Toute sa puissance magique est en moi ! Conduis-nous à lui et vous serez libres ! Vous pourrez choisir un nouveau Seigneur… Pourquoi pas toi ? Tu en as toutes les capacités !


- Tu me demandes de trahir mon Seigneur ? Montre-moi UNE bonne raison pour que je te suive !


- Une bonne raison ? Très bien ! Mais avant ça, Patrice, libère les soldats ! ordonne Nadine. Patrice présente le Cœur de feu et lui demande : « Libère les soldats ! » Aussitôt, une langue de feu jaillit de l’œuf et fait fondre la glace. Le Capitaine leur ordonne de ne pas bouger !


- Maintenant vous allez voir ma puissance ! Nadine prononce la formule magique « Forces de la nature ! Que vous soyez animales, végétales, minérales, amies ou ennemies, venez à moi ! J’ai besoin de vous ! » et aussitôt, entrant par les fenêtres, des milliers de petits flocons blancs, même ceux qui attendaient dehors, se mettent à tourbillonner autour de la petite Fée qui d’un seul coup semble les absorber.


Nadine demande au Capitaine qui n’en croit pas ses yeux «  Ça va te suffire comme preuve ? Vas-tu me suivre ? »


Le Capitaine avance vers Nadine. Il met un genou à terre et lui promet de combattre à ses côtés. Les soldats enlèvent leur masque et le jettent au fond de la pièce. Eux aussi, se mettent à genoux en criant « Vive la liberté retrouvée ! »


Le Capitaine dit encore : « Maintenant je te crois quand tu dis que tu es son pire cauchemar ! »


Yvan, Johann, Patrice et Laurent se serrent contre Nadine tout en la félicitant pour cette magistrale négociation ! Le Capitaine et même les soldats viennent la féliciter et la remercier de les débarrasser de ce maudit Seigneur et son horrible Ombre du Diable. Nadine explique quand même que tout n’est pas encore fini :


- Le Seigneur de l’ombre ne se laissera pas détruire sans combattre ! Je ne sais pas d’où lui viennent ses pouvoirs, mais je sais qu’ils sont amplifiés par l’Ombre du Diable ! Le combat sera terrible… Mais, ensemble nous vaincrons !


Le Capitaine ordonne « Faites sonner les cloches de la liberté ! » et demande à nos amis de le suivre jusqu’à la salle du trône. La douzaine de soldats et les six patrouilleurs viennent avec lui.


Lorsque les soldats ouvrent la lourde porte qui donne sur l’imposante salle du trône, une bien mauvaise surprise les attend : La salle est presque entièrement remplie de soldats. Ils protègent leur Seigneur, leur Seigneur de l’Ombre !


© Bernard HIRSCH






Livre 5